Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Lien

 

 




Image Hosted by ImageShack.us
 

 

La chaine des blogsbédéistes


Pour connaître plein de jolis
Blogs BD 



-------------------------

Pour me contacter 

-------------------------

Fil RSS

Archives



'Ma vie sur les planches' commence ici



Articles Récents

3 mai 2005 2 03 /05 /mai /2005 00:00

Des fois je me dis que je suis paradoxal. Quand je vois mes collègues et amis de métier, comédiens de pied en cap assumer pleinement ce qu'ils sont, qu'ils soient sur les planches ou non, je blémis un peu.

Moi en dehors de mon "cadre" de scène j'ai un peu de mal à jouer un rôle, rentrer dans la peau d'un personnage d'un simple claquement de doigts. A la demande.

Le nombre de fois ou l'on m'a dit "vas y, fais nous rire" ou "joue nous un petit quelque chose", comme ça, lors d'un repas de famille.

Ou bien, "tiens appelle Machine et fais lui croire ceci ou cela". ou encore "Fais toi passer pour untel et monte lui un bobard, tu dois savoir faire, toi".

Moi ça me met mal à l'aise. Je dirai presque que je ne sais pas le faire. Pourtant sur scène je peux improviser, jouer, clamer, déclamer, faire rire les gens, leur donner des émotions fortes.

Sur ses planches, un comédien se fait passer pour un autre. Il est autre, et fait croire à un public plein de choses. Il le mène, le guide, le dirige, Il est le maître mystérieux d'un texte, d'une action.

Seulement voilà, moi, en dehors des planches, du contexte scènique, et d'un pretexte théâtral, je ne sais pas jouer la comédie.......

A quelques exceptions près !

 

   

 

Repost 0
Published by jepeh - dans jepeh
commenter cet article
2 mai 2005 1 02 /05 /mai /2005 00:00

Je me souviens des séances de récitation à l'école, j'étais toujours le premier à lever le doigt, à vouloir passer, à vouloir dire ce texte, cette fable, ce monologue,  face à des camarades dont le seul intérêt était, à ce moment là, de se rendre invisibles aux yeux de la maîtresse dont le doigt inquisiteur faisait des grands tours dans l'air avant de s'abattre sur sa cible.

J'avais beau me grandir, ouvrir des yeux exorbités, tousser, remuer, gigoter, tendre la main à m'en péter les tendons, rien n'y faisait. Elle m'ignorait.

Il faut dire que j'étais tellement passé au tableau. Si souvent qu'elle devait en être lassée ou peut-être prise de remords de me distribuer allègrement 20/20 à chaque fois.

Quand après avoir dessiné de vaines voluptes dans les airs son doigt me désignait enfin, mon sourire explosait alors, puis me reprenant, je me dirigeais vers le tableau avec un air grave, presque hésitant laissant promettre un hypothétique dérapage, un très peu problable trou de mémoire ou un invraisemblable bredouillage. Histoire de l'intéresser un peu, de laisser un minimum de suspens.

 

C'était il y a bien longtemps. Mais à chaque fois que j'apprends un texte, chaque fois que je le tourne et le retourne dans ma tête jusqu'au au moment délicat de rentrer sur scène, redoutant les lapsus, les savonnages et les erreurs de diction, je ne peux m'empêcher d'avoir une pensée pour ma maîtresse et de me poser la question :  "Aurais-je un 20/20 ce soir ?".

 

Repost 0
Published by jepeh - dans jepeh
commenter cet article
1 mai 2005 7 01 /05 /mai /2005 00:00

N'avez-vous jamais eu LA petite hésitation ?

Celle qui maintient votre doigt en suspension au-dessus du bouton " GO " juste avant d'appuyer.

Celle qui, si vous l'écoutiez tout le temps, vous ferait jouer à Youri Gagarine, à vivre en apesanteur, à tourner autour des choses sans jamais les toucher.

Et bien, cette petite hésitation, je viens juste de l'avoir, au moment de cliquer sur le bouton "Valider" de la création de ce blog. Ho pas longtemps. Juste un instant. Juste le temps de flotter un peu en suspension... au milieu des questions, des doutes.

Je ne serai jamais un astronaute, mais qu'est-ce que je plane !

Je crois qu'il est l'heure d'atterrir. Je quitte mes pensées. J'enclenche les rétrofusées, allume la post-combustion et ouvre les parachutes.

Je clique sur "valider".

       

 

 

Repost 0
Published by jepeh - dans jepeh
commenter cet article